biographies des artistes exposés - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > expositions temporaires > archives des expositions > archives des expositions 2011 > une autre histoire : bande dessinée, l’œuvre peint > biographies des artistes exposés

biographies des artistes exposés

Atak (Georg Barber, dit)
(1967 – Allemagne)
Né à Berlin-Est, dont il est une figure connue de la scène underground locale, Atak est à la fois illustrateur, affichiste peintre et DJ, ainsi qu’enseignant. Il publie ses premiers récits courts dans la revue suisse de langue allemande Strapazin. En 1998 paraît sous son nom une version très personnelle d’Alice au pays des merveilles, d’après Lewis Carroll. Ada, sur un texte de Gertrude Stein et l’album pour enfants Comment la mort est revenue à la vie sont publiés en France en 2007. Une dizaine d’expositions de son travail de peintre ont été montées en Europe depuis 2003.

acheter les livres de Atak.

Alex Barbier
(1950 – France)
Ancien étudiant des Beaux-arts de Nantes, il fait une brève incursion dans l’enseignement artistique avant de publier ses premières planches dans Charlie Mensuel en 1974. Après une éclipse à partir 1982 où il se consacre à la peinture, il revient à la bande dessinée en 1994. Marqué par Francis Bacon et le système narratif de William S. Burroughs, il travaille en couleur directe et produit des pages aux tons contrastés, où la déviance, la violence et la sexualité occupent une place centrale.

acheter les livres d’Alex Barbier.

Piotr Barsony
(1948 – France)
Diplômé en architecture, ancien étudiant de l’Ecole des Beaux-arts au début des années 1970, puis brièvement enseignant d’arts plastiques, Piotr Barsony a publié quelques bandes dessinées dans Pilote entre 1980 et 1984, puis fait vivre son personnage Marc Edito dans L’Echo des Savanes de 1985 à 1991. Il déserte alors le champ de la bande dessinée pour mener une carrière éclectique et prolifique de peintre, auteur de livres pour enfants, architecte urbaniste, illustrateur, romancier et même scénariste de film.

acheter les livres de Piotr Barsony.

Edmond Baudoin
(1942 – France)
En 1968, le jeune peintre Edmond Baudoin vient à la bande dessinée pour des raisons initialement alimentaires. Il y prend goût et édite chez Futuropolis des albums en noir et blanc qui marquent par leur spontanéité graphique et leur ton de plus en plus autobiographique. Considéré aujourd’hui comme l’un des grands noms de la bande dessinée européenne, il a également travaillé avec les scénaristes Frank et Lob, adapté ou illustré J.M.G. Le Clézio, Jean Genet et Mircea Cărtărescu et participé à plusieurs expériences mêlant danse et dessin.

acheter les livres d’Edmond Baudoin.

Philippe Bertrand
(1949-2010 – France)
On connaît l’auteur de bande dessinée, qui débuta dans les années 1970 dans Zinc, Charlie Mensuel et changea radicalement de style graphique au début des années 1980 pour dessiner les volumes de sa série érotique Linda aime l’art. En bande dessinée, il a également travaillé au début des années 2000 avec les écrivains Frédéric Beigbeder et Tonino Benacquista. Mais il fut par ailleurs illustrateur pour la presse et les livres pour enfants, designer et artiste plasticien. Un cancer foudroyant l’a emporté en 2010. Il avait 61 ans.

acheter les livres de Philippe Bertrand.

Enki Bilal
(1951 – France)
Né à Belgrade, il fréquente les Beaux-arts de Paris puis entre à Pilote en 1972 où, après avoir publié nombre de courts récits de science-fiction, il collabore avec Pierre Christin aux Légendes d’aujourd’hui qui lui apportent une première notoriété. À partir de 1980, il entreprend seul la Trilogie Nikopol, ambitieuse fresque futuriste emplie des réminiscences de son enfance en ex-Yougoslavie. En 1989, il réalise Bunker Palace Hôtel, long métrage de cinéma qui sera suivi de deux autres, en alternance avec de nouveaux cycles de bandes dessinées dont la réalisation prennent un tour de plus en plus pictural, et de nombreuses interventions comme illustrateur, affichiste, décorateur, scénographe pour le cinéma et le spectacle vivant.

acheter les livres de Enki Bilal.

Olivier Bramanti
(1971 – France)
D’une enfance passée en complicité avec son frère-jumeau Jean-Philippe, Olivier Bramanti a gardé le goût du dessin, transmis par leur père. Diplômé des Beaux-arts d’Angoulême, Olivier Bramanti a d’abord publié aux éditions Amok, deux albums, Le Pont de l’ange et Le Chemin des merles, fruits d’une indignation devant les atrocités commises au cours des conflits en ex-Yougoslavie, portés par une forte exigence esthétique. Il a publié d’autres titres évoquant le colonialisme (Qui a connu le feu), l’extrême-droite (Jeanne) en poussant toujours plus loin la recherche visuelle. Il travaille actuellement, avec son père et son frère, à un monumental projet autour de l’histoire des USA.

acheterles livres d’Olivier Bramanti.

Florence Cestac
(1949 – France)
Normande de naissance, Florence Cestac est passée par les Beaux-arts de Rouen et les Arts déco de Paris avant de devenir libraire et éditrice sous l’enseigne de Futuropolis. Les difficultés de la maison d’édition à la fin des années 80 l’orientent vers la bande dessinée pour enfants et adultes, qu’elle pratique exclusivement dans le style « gros nez ». Entre observation narquoise de ses contemporains et tranches autobiographiques hilarantes, elle a produit à ce jour une vingtaine de titres. Elle expose périodiquement dans les galeries ses oeuvres plastiques, consistant en détournement de tableaux amateurs et volumes en papier mâché.

acheter les livres de Florence Cestac.

Olivia Clavel
(1955 – France)
Pendant ses années de Beaux-arts à Paris, Olivia Clavel cofonde le collectif Bazooka avec Kiki et Loulou Picasso, et participe à toutes les aventures éditoriales du groupe dans la presse (Libération, L’Echo des Savanes, Métal Hurlant, Hara Kiri…), l’illustration (pochettes de disque pour Elvis Costello, James Chance, Starshooter…) et l’édition (le 30/40 de Futuropolis). Elle dessine sous son seul nom des bandes dessinées publiées dans Métal Hurlant et Charlie Mensuel. Paraissent également deux albums, Matcho Girl (1980) et Télé au royaume des ombres (1983). Après la lente dissolution du groupe, elle dessine des pochettes de disques pour Brigitte Fontaine, Rita Mitsouko, Sapho, réalise des clips vidéo et des dessins animés courts pour la télévision et se consacre à la peinture. De nombreuses expositions présentant ses oeuvres se sont tenues depuis plus de vingt ans.

acheter les livres de Bazooka.

Frédéric Coché
(1975 – France)
Ce nancéen étudie la bande dessinée à l’institut Saint-Luc de Bruxelles et publie ses premiers récits dans les pages de la revue Frigobox. Il a publié trois ouvrages (Hic sunt Leones, Hortus Sanitatis, Vie et mort du Héros triomphante) depuis 2008. Nourri d’une multitude d’images du temps passé, autant que des oeuvres de Gérard Gasiorowski et Marcel Broodthaers, ses suites narratives fonctionnent comme des explorations de territoires (mentaux, graphiques) inconnus.

acheter les livres de Frédéric Coché.

Paul Cuvelier
(1923-1978 – Belgique)
Paul Cuvelier, qui se rêvait peintre et sculpteur, a œuvré dans l’hebdomadaire Tintin dès sa création en 1946, suscitant l’admiration d’Hergé. Sa carrière de dessinateur de bande dessinée (on lui doit les aventures de Corentin Feldoë, quelques épisodes de la série Line, mais aussi Epoxy, album érotique cosigné avec Jean Van Hamme, en 1968) a été plusieurs fois interrompue par les tentatives qu’il faisait de s’établir, sans succès, comme peintre et sculpteur. Son œuvre picturale, où l’érotisme occupe une place centrale, a été redécouverte après sa mort.

acheter les livres de Paul Cuvelier.

David B.
(1959 – France)
Il suit les cours de bande dessinée de Georges Pichard et publie à partir de 1985. Il confonde en 1990 la maison d’édition L’Association où paraît Le Cheval blême, transcriptions de cauchemars, prélude aux six volumes autobiographiques de L’Ascension du haut mal, qui le révèlent comme un auteur majeur. Depuis, seul (La Lecture des ruines, Les Chercheurs de trésor, etc.) ou comme scénariste (la série Hiram et Lowat avec Blain, Capitaine écarlate avec Guibert…) il déploie une œuvre où se croisent l’histoire, l’amour des livres et le goût des univers imaginaires.

acheter les livres de David B.

Ludovic Debeurme
(1971 – France)
Fort d’une douzaine d’ouvrages publiés sur le même nombre d’années, Ludovic Debeurme est l’un des artistes marquants de la nouvelle génération des auteurs de bande dessinée française. Explorateur d’un monde onirique, autobiographe d’une narquoise candeur, il touche par un sens du bizarre qui le rapproche d’Edward Gorey et de Roland Topor. Marqué par la psychanalyse et l’expression des fantasmes, il traite ces thèmes dans un graphisme épuré et un goût profond des jeux de l’enfance.

acheter les livres de Ludovic Debeurme.

Olivier Deprez
(1966 – Belgique)
A la fois écrivain, théoricien, peintre et auteur de bande dessinée et graveur, Olivier Deprez est l’un des membres fondateurs du collectif Frigoproduction et des éditions Fréon et FRMK qui l’ont suivi. Nourri de lecture et de poésie, il s’est associé avec le comédien Miles O’Shea dans la création d’une machine à imprimer et colporter des gravures appelée la RollingTowerTable, qui a débouché sur la publication du livre BlackBookBlack. Son adaptation du Château de Franz Kafka n’est pas sans rappeler les histoires gravées de Frans Masereel.

acheter les livres d’Olivier Deprez.

Pascal Doury
(1956-2001 – France)
L’histoire de Pascal Doury est liée à celle Bruno Richard, qu’il rencontre à dix ans dans une maison d’accueil pour enfants en difficulté familiale. Tous deux suivent des études artistiques et publient en 1977 le premier numéro de la revue Elles sont de sortie, qui présente leurs dessins respectifs, dans la mouvance post-punk où se situe également le collectif Bazooka. Plusieurs numéros paraissent et établissent Doury et Richard comme des graphistes d’importance. Au début des années 1990, des circonstances privées contraignent Pascal Doury à cesser sa collaboration à Elles sont de sortie. Une grande exposition en 1999 à la galerie Lambiek d’Amsterdam signe son retour. Il publie les recueils Patate et L’Encyclopédie des images. En 2001, un cancer pulmonaire l’emporte. Les images déferlantes et acidulées de Pascal Doury recyclent les héros de l’enfance (Pinocchio, Pepito..), entre innocence et perversion.

acheter les livres de Pascal Doury.

Philippe Druillet
(1944 – France)
Découvert en 1966 par l’éditeur Eric Losfeld, révélé par Pilote en 1970 (Les Sept voyages de Lone Sloane puis Délirius, scénario de Jacques Lob), Druillet conçoit ses récits comme des suites de grandes fresques baroques aux couleurs contrastées offrant cependant la possibilité d’une lecture narrative effective. Grand amateur de science-fiction et de fantastique, marqué graphiquement par Gustave Moreau et tous les symbolistes, mais aussi par Jack Kirby, Druillet pratique également la peinture, la sculpture de pâte de verre, le décor d’opéra, l’affiche de film, la réalisation de dessins animés…

acheter les livres de Philippe Druillet.

Anke Feuchtenberger
(1963 – Allemagne)
Ancienne étudiante des Beaux-Arts de Berlin, elle fonde à la fin des années 1990 le groupe Glühende Zukunft (Futur radieux), politiquement très actif. Plusieurs des ouvrages de bande dessinée, qu’elle produit sur des textes de la romancière Katrin de Vries ont été traduits en français (La Petite dame, La Putain P, La Putain P fait sa ronde), qui interrogent la question de la femme et du féminin. Par ailleurs, elle enseigne l’art à Hambourg.

acheter les livres d’Anke Feuchtenberger.

Régis Franc
(1948 – France)
Après un bref passage dans la publicité, Régis Franc publie à partir de 1976 ses premières pages dans Pilote, des récits animaliers ironiques et fitzgéraldiens. Le Café de la plage, son œuvre la plus aboutie dans ce registre est publiée dans Le Matin de Paris en 1977. Tonton Marcel, qui paraît dans (A Suivre) en 1981, fonctionne sur un registre plus bouffon. Scénariste puis réalisateur pour le cinéma, il s’éloigne progressivement de la bande dessinée. Depuis le début des années 2000, il se consacre à l’écriture romanesque.

acheter les livres de Régis Franc.

Denis Frémond
(1950 – France)
Il débute dans le théâtre, puis dessine pour la presse (Pilote et Charlie Mensuel). Sa série Jo Engo, dont l’humour fonctionne sur le décalage, est publiée dans L’Echo des Savanes à partir de 1985. S’ensuivront huit albums, dont la parution s’étale jusqu’en 1991, date à partir de laquelle il se consacre entièrement à la peinture.

acheter les livres de Denis Frémond.

Jochen Gerner
(1970 – France)
Illustrateur pour la presse et l’édition jeunesse, il a pratiqué l’autobiographie (Courts-circuits géographiques), l’expérimentation formelle (il est l’un des membres les plus actifs de L’Ouvroir de Bande dessinée Potentielle) à base de listes (Contre la bande dessinée), de recouvrement (TNT en Amérique) et d’analyse diagrammatique (Objectif secret). Toujours teintés d’humour, ses travaux se reconnaissent à leur élégant minimalisme graphique. Ce Lorrain qui a un pied dans le monde de la bande dessinée et une autre dans l’art contemporain dit aimer les frontières. Pour les franchir.

acheter les livres de Jochen Gerner.

Joseph Gillain, dit Jijé
(1914-1980 – Belgique)
Pilier du Journal de Spirou dans les premières années de l’après-guerre, collaborateur de Pilote à partir de 1966, Joseph Gillain (qui signe Jijé) s’est illustré dans l’aventure humoristique (Blondin et Cirage, Spirou), l’aventure aéronautique (Tanguy et Laverdure), l’aventure journalistique (Jean Valhardi), l’aventure dans la jungle (Blanc Casque), la flibuste (Barbe-Rouge), le western (Jerry Spring), l’humour (Blondin et Cirage)… Ce croyant fervent a également raconté la vie de Jésus en bande dessinée (Emmanuel, qui a connu deux versions) et des vies de grandes figures de la chrétienté (Don Bosco, Charles de Foucauld, Baden Powell…). Dessinateur généreux et versatile, il a inspiré et formé plusieurs grands noms de la BD franco-belge (Morris, Franquin, Will, Mézières, Giraud…).

acheter les livres de Joseph Gillain.

Pierre Guitton
(1944 – France)
Diplômé des Beaux-arts, il fonde avec Pierre Nicoulaud en 1971 le journal Zinc où paraissent ses propres bandes dessinées et publie également dans Actuel, Charlie Mensuel, Hara Kiri et plus tardivement (A Suivre). Son style pointilliste et la tonalité rêveuse de ses récits sont reconnaissables entre tous. Depuis la fin des années 1980, Pierre Guitton se consacre à la peinture, dans une tonalité « poétique, rigolarde et critique », pour reprendre les termes du journaliste Erick Pessiot.

acheter les livres de Pierre Guitton.

Hergé (Georges Remi, dit)
(1907-1983 – Belgique)
Né en 1907 dans une famille bruxelloise, Georges Remi s’initie à la bande dessinée chez les scouts catholiques, dont la philosophie le marquera longtemps. Sous le pseudonyme d’Hergé, il publie les premières planches de Tintin en 1929. S’ensuivront 24 albums, entremêlant aventure et humour, qui établissent une œuvre d’une inépuisable richesse et une esthétique maintes fois copiée, la « ligne claire », basée sur la lisibilité et la simplification. Fasciné par l’art contemporain, il s’essaye à la peinture abstraite au début des années 1960 et abandonne au bout d’un an, après avoir produit une quarantaine de toiles. Il collectionne ensuite les artistes de son temps, parmi lesquels Lucio Fontana, Hans Hartung, Serge Poliakoff…

acheter les livres de Hergé.

Victor Hubinon
(1924-1979 – Belgique)
Dessinateur de Buck Danny (trente épisodes de 1947 à 1978), de Barbe-Rouge (de 1959 à 1974) et de quelques biographies (Surcouf, Stanley et Mermoz), Victor Hubinon est l’un des grands noms de la bande dessinée franco-belge. Etudiant aux Beaux-arts de Liège puis directeur d’imprimerie et dessinateur-retoucheur, il a fait la majeure partie de sa carrière en tandem avec le scénariste Jean-Michel Charlier, dans un style graphique très marqué par le noir et blanc très expressif de l’Américain Milton Caniff. On connaît de lui quelques toiles d’inspiration surréaliste.

acheter les livres de Victor Hubinon.

Loustal (Jacques de Loustal, dit)
(1956 – France)
Il étudie l’architecture mais dessine pour des revues amateurs et place bientôt des illustrations dans les magazines. Sa rencontre avec le scénariste Philippe Paringaux va déboucher sur la publication d’une demi-douzaine de titres de tonalité littéraire où des personnages au bout du rouleau tentent d’échapper à leur destin. Il a également travaillé avec Jerome Charyn et adapté Jean-Luc Coatalem. Marqué par le jazz et les voyages, il mène aussi une prolifique carrière d’illustrateur et de peintre, notable pour la luminosité de sa palette.

acheterles livres de Loustal.

Michaël Matthys
(1972-Belgique)
Intéressé par la narration par l’image, ce natif de Charleroi a étudié la gravure et l’illustration à l’école des Beaux-arts de Tournai. Sa rencontre avec le collectif Fremok va entraîner la publication de trois ouvrages aux images gravées, atypiques et puissants (Moloch, La Ville rouge et Je suis un ange aussi…). Le travail de Matthys manifeste une fascination pour l’univers urbain, traité comme un lieu de chaos. Il a été exposé au Centre Pompidou et à Art Brussels.

acheter les livres de Michaël Matthys.

Lorenzo Mattotti
(1954 – Italie)
Né en Lombardie, Lorenzo Mattotti vit à Paris. Formé en architecture, il produit tout d’abord des bandes dessinées marquées par l’underground américain et les maîtres du noir et blanc Hugo Pratt et Alberto Breccia. Sa participation en 1980 au groupe Valvoline ravive une passion pour la couleur. Exécutés à l’huile et aux pastels, Feux (1986) et Murmures (1989) lui ont valu une reconnaissance internationale. Illustrateur renommé (il a travaillé pour The New Yorker, Vanity Fair, Le Monde…) c’est également un peintre dont la production a fait l’objet d’une quarantaine d’expositions dans des galeries privées.

acheter les livres de Lorenzo Mattotti.

Moebius (Jean Giraud, dit)
(1938 – France)
Voilà un cas unique de double identité artistique : sous son vrai nom, Jean Giraud a déployé un talent de dessinateur puissant, dont la générosité s’illustre avec éclat dans la série Blueberry, western de référence scénarisé par Jean-Michel Charlier et paru dans Pilote à partir de 1963. Une décennie plus tard, sous le pseudonyme de Moebius, il développe des univers plus spéculatifs (Arzach, Le Garage hermétique de Jerry Cornélius, la série John Difool avec Alexandro Jodorowsky), servis par un graphisme épuré et incroyablement élégant qui lui assure rapidement une réputation internationale.

acheter les livres de Moebius.
acheter les livres de Jean Giraud.

Guy Peellaert
(1934-2008 – Belgique)
En 1966, Guy Peellaert marque l’époque avec Jodelle (scénario de Pierre Bartier), BD « pop art » publiée par Eric Losfeld. Elle sera suivie dans la même veine deux ans plus tard par Pravda la survireuse, scénarisée par le futur réalisateur Pascal Thomas. En 1969, Peellaert s’éloigne de cette esthétique et expérimente avec Carashi !, bande qui mêle dessin et photo. Il se tourne ensuite vers l’illustration (Rock Dreams, recueil d’images à l’aérographe paru en 1973 sur des textes de Nick Cohn), la peinture, le décor de théâtre, l’affiche et le clip vidéo. Ses œuvres, souvent monumentales, ont été maintes fois exposées en France et dans le monde.

acheter les livres de Guy Peellaert.

Placid (Jean-François Duval, dit)
(1961 – France)
Ancien étudiant des Beaux-arts de Caen et des Arts-Déco à Paris, Placid mène de front une carrière de maquettiste, de graphiste et de peintre. Il débute il y a trois décennies avec son complice le dessinateur Muzo, et pratique la bande dessinée comme une confrontation entre des situations quotidiennes et un traitement décalé qui permet d’en faire ressortir la banalité et le grotesque.
+ d'info sur le site de Placid.

acheter les livres de Placid.

Frédéric Poincelet
(1967 – France)
Graphiste professionnel (il travaille pour le Musée du Louvre), éditeur de petits recueils graphiques, dessinateur, un temps responsable éditorial pour le label ego comme x, Frédéric Poincelet a publié une poignée de livres et de numéros de revues au tirage confidentiel, où transparaît son goût pour les références visuelles multiples (triviales ou reconnues), la représentation de l’intime et le travail d’après photographie. Son oeuvre a été maintes fois exposée, en France et à l’étranger.

acheter les livres Frédéric Poincelet.

Jean-Marc Rochette
(1956 – France)
Il débute dans Actuel et L’Echo des Savanes dans un style graphique et une tonalité humoristique qui rappellent les auteurs du Mad des années 1950. Capable ensuite d’alterner les ambiances dramatiques (Le Transperceneige, 1984, sur scénario de Jacques Lob ; Requiem Blanc, 1987, avec Benjamin Legrand), ou franchement bouffonnes (la série Edmond le Cochon avec Martin Veyron), il s’éloigne de la bande dessinée dans la deuxième moitié des années 1980, pour se lancer dans la peinture et l’illustration de livres. Depuis le début des années 2000, il mène avec bonheur ses activités parallèles d’auteur de bande dessinée, illustrateur et peintre.

acheter les livres Jean-Marc Rochette.

Tobias Tycho Schalken
(1972 – Pays-Bas)
On dit de ce discret artiste hollandais qu’il a pratiqué la danse à Londres dans sa jeunesse avant de décider de se consacrer au dessin, à la peinture, à la photographie et à la sculpture. De retour d’un séjour de trois ans au Mexique, alors qu’il a vingt ans, il gagne sa vie en prenant les emplois les plus bizarres. Depuis 1997, il publie sporadiquement, en compagnie du dessinateur Stefan J.H. van Dinther, la revue Eiland, dans laquelle paraissent des suites narratives muettes (De Balthasar Formatie, Ultima Thule) d’une fascinante étrangeté.

acheter les livres de Tobias Schalken.

Schuiten François
(1956 – Belgique)
François Schuiten a hérité sa passion pour l’architecture de son père Robert (autrefois renommé), passion qu’il a aussi partagée avec son frère Luc, avec lequel il a entrepris le cycle des Terres creuses à partir de 1978. En 1981, il crée avec Benoît Peeters Les Cités obscures, une fable urbanologique aux nombreuses ramifications, engendrant une œuvre protéiforme qui compte à ce jour une quinzaine de titres. Par ailleurs scénariste pour la bande dessinée et des programmes courts de la télévision, il est également concepteur visuel de plusieurs films (dont Toto le héros de Jaco Van Dormael, 1991). On lui doit le nouvel aménagement de stations de métro à Paris et Bruxelles et la conception des pavillons pour le Luxembourg et la Belgique lors des expositions universelles de Hanovre, Séville et Aïchi.

acheter les livres de Schuiten François.

Herr Seele (Peter van Heirseele)
(1959 – Belgique)
Constructeur et facteur de piano, vedette de la télévision, dessinateur de bande dessinée, inventeur et activiste du « surréalisme de masse »… le Flamand Herr Seele est tout cela à la fois, et plus encore une vedette dans son pays. Ayant étudié la musique au pays de Galles et à Florence et les Beaux-arts à Gand, il fait la rencontre du dessinateur Kamagurka, autre grand praticien de l’absurde. Depuis 1982, Kamagurka imagine les gags de leur héros, Cow Boy Henk, que Herr Seele dessine dans un style qui marie la clarté hergéenne et des influences pop art.

Marc Sleen (Marcel Neels, dit)
(1922 – Belgique)
L’un des quatre piliers (avec Willy Vandersteen, Bob de Moor et Jeff Nys) de la bande dessinée flamande d’après-guerre a commencé sa carrière en 1944 comme caricaturiste dans la presse, après des études d’art plastiques à l’institut Saint-Luc de Gand. En 1947, il publie le premier épisode des aventures du détective Van Zwam, qui va rapidement être détrôné par un personnage secondaire du nom de Nero, loufoque et terriblement gaffeur. Extrêmement populaire dans la partie flamande de la Belgique, Nero est dessiné par Marc Sleen (aidé à partir de 1992 par Dirk Stallaert) jusqu’en 2002, au rythme de deux strips par jour.

Thierry Van Hasselt
(1969 – Belgique)
Passionné par les expérimentations techniques (il a successivement travaillé au crayon, à l’aquarelle, à la peinture à l’huile, sur rhodoïd…) et les rencontres (avec la chorégraphe Karines Ponties et la romancière Mylène Sauzon), Thierry Van Hasselt pratique comme une évidence l’interdisciplinarité. Ses participations comme graphiste à des spectacles de danse (Holeulone, Brutalis) aboutissent à la publication d’ouvrages inclassables, mais travaillés par la question de la narration. Il est aussi l’un des responsables du collectif Fremok.

acheter les livres de Thierry Van Hasselt.

Will (Willy Maltaite, dit)
(1927-2000 – Belgique)
Découvert et formé pendant la Seconde Guerre mondiale par Jijé, Willy Maltaite, alias Will, est surtout connu pour la série Tif et Tondu, qu’il reprend des mains de Fernand Dineur en 1949 et qu’il dessine (en collaboration de plusieurs scénaristes) jusqu’en 1990, avec quelques interruptions. L’élégance et la fluidité de son trait font également merveille dans la série fantastique pour enfants Isabelle, réalisée en compagnie du scénariste Yvan Delporte. De la fin des années 1980 jusqu’à sa mort, il change de registre et réalise en couleur directe des albums de tonalité plus grave, où se révèle une belle sensualité. On le connaît également comme un peintre marqué par le fauvisme.