dons : cent pour cent généreux - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > actualités de la Cité > dons : cent pour cent généreux

dons : cent pour cent généreux

vingt-sept auteurs ont fait don de leur planche originale créée pour l’exposition événement de 2010

Lors de sa première année d’ouverture, le nouveau musée de la bande dessinée a présenté, en janvier 2010, l’exposition Cent pour cent, véritable manifeste plaçant le neuvième art sous le double signe de la mémoire et de la création contemporaine. Le principe régissant cette exposition se fondait sur la notion d’hommage. Des auteurs de bande dessinée du monde entier ont été invités à choisir une planche des collections muséales patrimoniales et à réaliser chacun, à partir cette pièce « historique », une nouvelle page. Plus de cent auteurs ont répondu, de France et de toute l’Europe, mais aussi d’Amérique du Nord (États-Unis, Canada), d’Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Chili) et d’Asie (Japon, Chine et Corée du sud).

Sur les cent-sept ayant accepté le défi et le paragone de l’hommage, vingt-sept auteurs ont par la suite fait don de l’œuvre créée au musée de la bande dessinée, lui permettant ainsi d’accroître son patrimoine en intégrant les traces d’un moment précieux dans la vie des collections, celui où l’une de leurs composantes est reprise et réinterprétée par un créateur au regard neuf.
Les réinterprétations relèvent selon le cas du commentaire, du prolongement, de la mise en abyme, de la parodie, de l’évocation sentimentale, de la transposition ou de la réécriture. Quelques-unes sont ouvertement moqueuses. Toutes témoignent d’une adhésion sans réserve au « genre », à savoir au domaine, à ses techniques et à son histoire, dont la plus récente. Toutes permettent la mise en valeur exceptionnelle de pièces remarquables du patrimoine du musée de la bande dessinée.

La Commission interrégionale d’acquisition des Musées de France de Poitou-Charentes a approuvé, le 6 octobre 2011, l’entrée dans les collections du musée de la bande dessinée de 22 premières planches inédites réalisées pour l’exposition Cent pour cent. Parmi ce florilège, le dessinateur anglais Hunt Emerson rend hommage au collectif français Bazooka, le Lorrain Jochen Gerner au Britannique Frank Bellamy, Edmond Baudoin à l’Italien Guido Buzzelli et l’Américaine Jessica Abel à son compatriote Milton Caniff. Bruno Heitz revisite Christophe, Lorenzo Mattotti l’un de ses maîtres l’Urugayen Alberto Breccia, Peggy Adam interroge le dessinateur animalier Raymond Macherot et le Québécois Jimmy Beaulieu se penche sur Frédéric Boilet. Carlos Nine l’Argentin s’inspire de l’Italien Benito Jacovitti, l’Indienne Amruta Patil du Chat du Rabbin de Joann Sfar, l’oubapien François Ayroles de la célèbre parodie d’une représentation du théâtre Nô japonais de Gotlib et la Britannique Posy Simmonds de son confrère Reg Smythe. Le Brésilien Allan Sieber a regardé l’œuvre de l’Américain Mort Walker, Martin Veyron l’inépuisable source de Benjamin Rabier et le Serbe Aleksandar Zograf, l’œuvre de Cliff Sterrett. Morvandiau a observé le grinçant volatile doué de raison créé par Yves Got, Tom Tirabosco a lu Le Journal d’Henriette de Philippe Dupuy et Charles Berberian, le Coréen Lee Hee-jae les Cent métiers du vieux Shanghai de He Youzhi et sa compatriote Park Jae-dong a rouvert L’Etalon noir du chinois Wei Xiaoming. Seomoon Da-mi, autre Coréenne, s’est référée au pilier des comics américains Jack Davis, le Serbe Radovan Popović à Nicolas de Crécy, créateur de Foligatto et enfin, Gilbert Shelton à son compatriote américain Mort Walker.
Depuis le passage de ce dossier en commission interrégionale d’acquisition, cinq autres auteurs coréens ont eux aussi décidé de faire don de leur hommage au musée de la bande dessinée. Cette nouvelle acquisition, qui porte à 27 le nombre total des dons, sera présentée ultérieurement.
Que tous soient remerciés d’avoir ainsi fait don au musée de leur exervice d’admiration, tribut au patrimoine du neuvième art.