ciné môme des pirates : cyclone à la jamaïque - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
nocturne d’automne à la cité mercredi 13 novembre à partir de 18h30 avec philippe dupuis et hubert védrine
accueil > votre visite > au programme > expositions temporaires > archives des expositions > archives des expositions 2011 > l’île aux pirates > les animations, ateliers, projections, rendez-vous > ciné môme des pirates : cyclone à la jamaïque

ciné môme des pirates : cyclone à la jamaïque

mercredi 12, samedi 15 et dimanche 16 octobre 2011, cinéma de la Cité

Pour beaucoup, Cyclone à la Jamaïque est sans doute un des plus beaux titres de l’histoire du cinéma anglais et du cinéma d’aventures. Rien de moins ! Véritable ode à la liberté et à la mer, vision très juste de l’enfance, le film d’Alexander Mackendrick a offert à Anthony Quinn, pirate débonnaire, l’un des plus beaux rôles de sa carrière. Un film de légende en somme !

A High wind in Jamaica, USA/GB 1965, 1h44
 _ d’Alexander Mackendrick
avec Anthony Quinn, James Coburn, Dennis, Lila Kedrova
 

l’histoire

XIXème siècle. À la suite d’un terrible cyclone qui s’est abattu sur la Jamaïque, un couple de planteurs anglais décide de mettre ses enfants à l’abri en les envoyant par bateau en Angleterre. Mais leur navire est attaqué par des pirates qui, sans le savoir, embarquent les enfants avec le butin. Chavez, le chef des pirates, les prend sous sa protection et instaure avec eux une relation ambiguë, à l’image de la tendresse coupable que lui inspire la fille aînée…

sur le film

Le rôle de Chavez, prévu pour James Mason, revint à Anthony Quinn qui s’entendit très bien avec Alexander Mackendrick et le défendit toujours face à la production effrayée par l’audace du sujet et sa vision non conformiste de l’enfance, loin du film de pirates classique. Mackendrick confia à Positif (No.92, février 1968) : « Pour moi, un enfant, c’est quelqu’un qui n’a pas eu le temps d’être corrompu. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas quelque choe de mauvais ou de diabolique en lui. Il lui arrive d’agir avec plus de méchanceté qu’un adulte, mais cette méchanceté est naturelle. Dans le film, les enfants ont une action destructrice. J’ai essayé d’établir un jeu de rapports triangulaires entre James Coburn, Anthony Quinn et la fille, du moins de le rendre implicite comme dans le roman. Les producteurs ont coupé vingt minutes sur les enfants, tout ce qui concernait leurs réactions inconscientes. »

+ d'info sur le film, les dates, les horaires