ciné môme : les deux chevaux de gengis khan - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2011 des rendez-vous de la Cité > ciné môme : les deux chevaux de gengis khan

ciné môme : les deux chevaux de gengis khan

les 17, 18, 24 et 25 septembre 2011 à 14h45, cinéma de la Cité

Une chanson qu’on croyait perdue, un violon à tête de cheval détruit ainsi qu’une promesse faite à sa grand-mère conduisent la chanteuse Urna à retourner sur la terre de ses ancêtres, la Mongolie… Une très belle quête initiatique au cœur de l’histoire et des traditions mongoles. Pour les enfants à partir de 8 ans.

les deux chevaux de Gengis Khan

Das Lied von den zwei Pferden
Allemagne 2009 - 1:27
de Byambasuren Davaa
avec Urna Chahar-Tugchi, Hicheengui Sambuu, Chimed Dolgor…
l’histoire
La grand-mère de la chanteuse Urna a été forcée de détruire son cher violon au cours de la tumultueuse révolution culturelle chinoise. L’ancien chant des Mongols, « Les deux chevaux de Gengis Khan », avait été gravé sur le manche du violon. Seul le manche et la tête du violon ont survécu à la tempête culturelle. Désormais, il est temps d’honorer la promesse faite par Urna à sa grand-mère de rendre sa chanson au peuple mongol.
Arrivée à Ulaanbaatar, Urna apporte les parties encore intactes de la vièle - la tête et le manche - à Hicheengui, un célèbre fabricant de vièles à tête de cheval, qui va construire un nouveau corps pour le vieil instrument dans les semaines suivantes. Puis, Urna part à la recherche de ce qu’il y avait à l’intérieur, pour trouver les vers manquants de la chanson. Mais elle sera déçue. Aucune des personnes qu’elle rencontre sur le chemin ne semble connaître encore la vieille mélodie des Mongols

à propos du film

Le titre du film, Les Deux Chevaux de Gengis Khan, fait référence à une très ancienne chanson issue des tribus mongoliennes dont nul ne connaît les versets. L’héroïne va d’ailleurs parcourir le pays pour tenter de les retrouver dans leur forme intégrale. Gengis Khan, qui a vécu entre le XIIème et le XIIIème siècle, fut le premier dirigeant de l’Empire Mongol. Il est perçu aujourd’hui comme une figure légendaire dans l’histoire du pays : en effet, il a régné sur une majeure partie de l’Asie, notamment la Chine, la Russie, la Perse, le Moyen-Orient et l’Europe de l’est. Gengis Khan incarne à lui seul l’apogée de l’ancienne civilisation mongole, autrefois toute-puissante et crainte de tous.
Les Deux Chevaux de Gengis Khan fait partie de ce qu’on appelle les urtiin duu ou chants longs...

à propos de la réalisatrice

Byambasuren Davaa est née en Mongolie et y a effectué des études de droit avant d’intégrer l’École Nationale de Cinéma. A l’âge de 29 ans, elle part vivre en Allemagne où elle continue sa formation cinématographique et tourne plusieurs courts métrages. Ses deux premiers longs ont connu un important succès critique. Intitulés L’Histoire du chameau qui pleure et Le Chien jaune de Mongolie, sortis respectivement en 2003 et en 2005, ils se déroulent sur ses terres natales. La réalisatrice y raconte l’histoire des populations nomades locales. A noter que la musique et les personnages animaliers sont omniprésents dans son œuvre.

+ d'info sur le film, dates et horaires