cannes à la cité : habemus papam, de nanni moretti - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2011 des rendez-vous de la Cité > cannes à la cité : habemus papam, de nanni moretti

cannes à la cité : habemus papam, de nanni moretti

du 7 au 27 septembre 2011, cinéma de la Cité

Après la mort du Pape, le Conclave se réunit afin d’élire son successeur. « Habemus papam ! » Enfin, un pape est élu ! Mais les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l’apparition au balcon du nouveau souverain pontife. Ce dernier ne semble pas prêt à supporter le poids d’une telle responsabilité. Angoisse ? Dépression ? Peur de ne pas se sentir à la hauteur ? Salué comme « un regard ironiquement laïc sur fond religieux », Habemus Papam, représentait l’Italie en compétition officielle lors du Festival de Cannes. Sombre et prodigieusement troublant le dernier Moretti est éminemment politique.

habemus papam

de Nanni Moretti
Italie, 2011
avec Michel Piccoli, Nanni Moretti, Jerzy Stuhr…
Compétition officielle Cannes 2011

notes de production

Le projet du film est né d’une idée toute simple : Nanni Moretti et ses scénaristes Federica Pontremoli et Francesco Piccolo ont imaginé un Pape, venant d’être installé dans ses fonctions, qui ne se sent pas capable d’aller au balcon pour se présenter devant les fidèles.
Habemus Papam est une locution de langue latine, à traduire par l’expression « Nous avons un pape ». On la prononce traditionnellement au moment de la traditionnelle cérémonie qui suit les délibé-rations des cardinaux pour l’élection du nouveau Pape. C’est le cardinal protodiacre qui se charge de la scander sur le balcon de la basilique Saint-Pierre du Vatican, avant d’annoncer le nom du nouvel élu.
Nanni Moretti a fait lire le scénario d’Habemus Papam au cardinal Ravasi, personnage influant de l’Église qui officie en tant qu’équivalent de ministre de la culture. Le cinéaste espérait obtenir une autorisation pour tourner au Vatican, mais Ravasi a refusé de lui en délivrer une.
Nanni Moretti a souhaité faire cohabiter deux genres dans Habemus Papam : la comédie et le drame. De la même façon, il voulait que s’articulent une dimension grotesque et une autre plus réaliste. En conséquent, le film est élaboré selon deux parties, une première comportant des séquences de cloisonnement, une seconde plus aérée. Comme pour souligner l’effet d’enfermement dans le Vatican en opposition à la liberté permise dans la ville de Rome.

+ d'info sur le film, dates et horaires