monsieur archives n’est plus : décès de thierry martens - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > nos ressources > ressources documentaires > actualités de la bd > archives des actualités de la bande dessinée > archives des actualités de la bande dessinée 2011 > archives des actualités de la bande dessinée - juillet 2011 > monsieur archives n’est plus : décès de thierry martens

disparition

monsieur archives n’est plus : décès de thierry martens

1942-2011

Il avait été rédacteur en chef de Spirou, avant de devenir, sous le nom de M. Archives (et bien d’autres pseudonymes), le spécialiste de l’histoire de la maison Dupuis et plus généralement de la bande dessinée franco-belge : Thierry Martens est mort le 27 juin 2011 à son domicile.
Né en 1942, il fait des études en sciences politiques et sociales, qu’il conclut par un mémoire sur la presse belge des origines à 1965, ce qui lui ouvre les portes des éditions Dupuis. A la suite d’Yvan Delporte, il prend en 1969 la rédaction en chef de Spirou, qu’il assume jusqu’en 1979, contribuant au lancement des séries Natacha, Les Tuniques Bleues, Archie Cash, Sammy, Le Scrameustache, etc.
On lui confie ensuite la responsabilité de la politique éditoriale des éditions Dupuis : il entreprend alors une vaste campagne de rééditions de classiques du catalogue historique (Jerry Spring, Marc Dacier, Timour…), qu’il accompagne (sous le nom de M. Archives) d’appareils critiques précis et documentés. Ce penchant pour l’histoire est confirmé par sa participation à l’Histoire de la bande dessiné en France et en Belgique des origines à nos jours, (Glénat, 1979) qu’il signe, sous le pseudonyme d’Yves Varende, en compagnie de Numa Sadoul, Henri Filippini et Jacques Glénat.
Toujours sous le nom d’Yves Varende, il écrit des scénarios pour certaines séries (Natacha, Archie Cash…), et des romans. Car il est par ailleurs grand connaisseur (et collectionneur) de toutes les formes de la littérature populaire, et en particulier de Sherlock Holmes, dont il a écrit des suites parodiques. Connu pour formules lapidaires, il avait pris sa retraite en 2004.

En haut : Thierry Martens vu par Tibet. En médaillon : par Yves Chaland.