la planche du mois : reg’lar fellers, de gene byrnes - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
nocturne d’automne à la cité mercredi 13 novembre à partir de 18h30 avec philippe dupuis et hubert védrine
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2011 des rendez-vous de la Cité > la planche du mois : reg’lar fellers, de gene byrnes

la planche du mois :
reg’lar fellers, de gene byrnes

en juillet 2011 au musée de la bande dessinée

La « planche du mois » de juillet invite à la (re)découverte d’un des kids strips américains les plus populaires de l’avant seconde-guerre mondiale, Reg’lar Fellers de Gene Byrnes. Fondée sur un comique de situation cette série à gags connut jusqu’à 800 publication simultanée aux USA. Ancien dessinateur sportif pour la presse Gene Byrnes, un proche de Winsor McCay en tira une notoriété enviable qui ne passa que peu, toutefois,les frontières du continent américain.

La bande a paru de 1917 à 1949, et racontait les (més)aventures extrascolaires d’une bande de jeunes gamins délurés dans les rues et les terrains vagues d’une banlieue américaine indéterminée. Composée d’une demi-douzaine de membres (dont une fille) le groupe de personnages se constitua au gré de gags que le dessinateur Gene Byrnes inventa de 1917 à 1919, avant que le « casting » intuitif ne soit terminé et que la bande prenne son nom définitif. Enorme succès de presse, Reg’Lar Fellers connut même un programme radiophonique, la publication en comic books à partir de 1934, et même un dessin animé produit en 1936 par Ub Iwerks, le bras droit de Disney alors à son compte. Le court-métrage animé ne connut pas de suite, la maison de production d’Iwerks étant tombée en faillite peu après la sortie du premier titre. Reg’Lar Fellers fut même l’objet d’un film en prise de vues réelles qui ne laissa pas une trace impérissable.
La première vocation professionnelle de l’auteur Gene Byrnes (1889-1974) fut le sport. Une mauvaise blessure l’ayant contraint à renoncer à ses ambitions, il se reconvertit bientôt (avec l’aide de son ami Winsor McCay) au dessin sportif pour la presse.
Dans l’entre-deux-guerres, Reg’Lar Fellers inspira des séries du même genre, dont particulièrement le Just Kids d’Ad Carter.

A découvrir durant tout le mois de juillet au musée de la bande dessinée