la planche du mois : abbie an’ slats, de raeburn van buren - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
pour la sécurité sanitaire de tous, nous vous informons que le port du masque est obligatoire dans nos espaces pour les personnes de plus de 11 ans.
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2011 des rendez-vous de la Cité > la planche du mois : abbie an’ slats, de raeburn van buren

m u s é e :

la planche du mois :
abbie an’ slats, de raeburn van buren

en juin 2011 au musée de la bande dessinée

La « planche du mois » de juin est extraite de la série américaine Abbie an’ Slats créée par Al Capp et Raeburn Van Buren et traduite en France sous le titre P’tit Zef poids mouche. Ce comic strip américain publié de juillet 1937 à janvier 1971 aux États-Unis est la chronique quotidienne d’une communauté américaine s’étirant sur plusieurs générations, remarquablement servie par le dessinateur Raeburn Van Buren, illustrateur pour Life, The Saturday Evening Post, The New Yorker, Collier’s et Esquire, qui a été l’un des fondateurs de la Société nationale des illustrateurs de Magazine.

Dans Abbie an’ Slats, en principe, l’action se déroule à Crabtree Corners, petit village américain typique. Le lecteur est invité à suivre la vie quotidienne de Slats, héros de l’histoire, Becky Groggins sa jolie fiancée, Abbie, la cousine de Slats, vieille fille dotée d’un fort caractère… et Bathless Groggins, beau-père de de Becky et personnage haut en couleur !
L’idée de cette série revient à Al Capp, auteur bien connu de Li’l Abner qui, ayant écrit les premiers strips de la série convainc en 1937 Raeburn Van Buren, alors illustrateur de presse et directeur artistique, de les dessiner. Complété par une planche dominicale à partir de 1939, la série connaîtra un joli succès dans son pays d’origine, sans égaler toutefois celui de Li’l Abner. En 1946, Al Capp abandonne la rédaction de la série au profit de son frère Elliott, qui s’en acquittera avec brio jusqu’en 1971, date à laquelle Van Buren cesse de dessiner la bande pour se consacrer à la peinture.

à découvrir en juin au Musée de la bande dessinée