ciné mardi : nationale 7 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
pour la sécurité sanitaire de tous, nous vous informons que le port du masque est obligatoire dans nos espaces pour les personnes de plus de 11 ans.
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2011 des rendez-vous de la Cité > ciné mardi : nationale 7

ciné mardi : nationale 7

mardi 10 mai 2011 à 18h30, cinéma de la Cité

Pour écrire Nationale 7, et aborder un sujet dont on ne parle pas, la sexualité des handicapés, Jean-Pierre Sinapi s’est inspiré de l’expérience de sa sœur Julie, éducatrice spécialisée dans un foyer pour handicapés moteurs. Comme dans le film, un des pensionnaires de l’institution, obsédé par l’idée de faire l’amour, demanda un jour à son infirmière de lui trouver une prostituée. Il en résulte une comédie sans fausse pudeur compatissante. Un Ciné-mardi mémorable en perspective.

Nationale 7


Prix du public Berlin 2000, Prix de la critique Londres 2000, Prix du public San Sebastian 2000
de Jean-Pierre Sinapi
avec Nadia Kaci, Olivier Gourmet, Julien Boisselier, Lionel Abelanski…

L’histoire


Dans un foyer pour handicapés près de Toulon, René est unanimement détesté de tous. Myopathe de cinquante ans, il possède un caractère irascible et rebelle. Mais ses provocations ne résistent pas à la candeur et à la droiture de Julie, une éducatrice spécialisée débutante. Il lui avoue qu’il veut faire l’amour avec une femme avant que sa maladie évolutive ne le rattrape définitivement. Julie se met en quête d’une de ces prostituées qui œuvrent en camping-car le long de la nationale 7...

Jean-Pierre Sinapi


« Je n’ai jamais eu envie de faire un film lourd, sérieux sur ce sujet. D’entrée de jeu, je voulais faire une comédie. A cause de mes origines italiennes, j’ai un penchant pour la comédie italienne. Plus les choses sont douloureuses, dures, violentes, plus il faut les aborder avec humour. Les handicapés sont des êtres humains à part entière avec des qualités et des défauts. Ce n’est pas parce qu’ils sont handicapés qu’on ne peut pas rire d’eux et avec eux. J’avais donc envie de changer le regard compatissant qu’on porte généralement sur eux. J’ai toujours été choqué par cette forme déguisée de refus de l’autre et qui passe en premier lieu par le déni total de leur sexualité. »

+ d'info sur le film