cinéma : revenge oscar du meilleur film étranger 2011 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2011 des rendez-vous de la Cité > cinéma : revenge oscar du meilleur film étranger 2011

c i n é m a

cinéma : revenge
oscar du meilleur film étranger 2011

à l’affiche à partir du 13 avril 2011, cinéma de la Cité

Comment expliquer à un enfant que répondre à la violence par la violence n’engendre que la haine et n’apaise pas la douleur ? Telle est la question que pose Susanne Bier dans Revenge, un drame puissant qui a obtenu l’oscar du meilleur film étranger en 2011.

revenge


Hævnen de Susanne Bier Danemark 2010
Meilleur film en langue étrangère Golden Globes 2011
Oscar du meilleur film étranger 2011

l’histoire
Anton est médecin. Il partage son existence entre son foyer installé dans une ville paisible du Danemark, et son travail au sein d’un camp de réfugiés en Afrique. Il est séparé de sa femme, Marianne, et tous deux songent à divorcer. Leur fils aîné, Elias, âgé d’une dizaine d’années, se fait brutaliser à l’école par certains de ses camarades, jusqu’au jour où un autre garçon, Christian, décide de prendre sa défense. Ayant quitté Londres avec son père pour s’installer au Danemark, Christian est profondément marqué par le décès récent de sa mère, terrassée par un cancer. Des liens étroits se tissent bientôt entre les deux camarades…

sur le film
« Je pense que j’aime simplement les vrais gens, et ce sont les difficultés qu’ils traversent qui les rendent intéressants. Dans le film, Mikael Persbrandt est romantique et idéaliste, mais il est loin d’être parfait. C’est un être humain dans toute sa vulnérabilité, avec ses doutes et ses incertitudes. En tant que réalisatrice, je suis attirée par ce genre de personnalités masculines. Les acteurs ont souvent un côté très féminin, que j’essaie de trouver en eux, comme une cavité secrète, un trésor caché à ramener à la surface. » Susanne Bier