carte blanche : benoît preteseille - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2011 des rendez-vous de la Cité > carte blanche : benoît preteseille

carte blanche : benoît preteseille

mercredi 16 février 2011 à partir de 16h

Tous les mois, la Cité invite un auteur dans un esprit de convivialité autour d’une émission de radio, d’une visite commentée sous sa conduite dans le musée de la bande dessinée et d’une présentation de ses ouvrages suivie d’une dédicace à la librairie. La carte blanche de ce mois de février est consacrée à Benoît Preteseille, auteur du remarqué L’art et le sang (éditions Cornélius), livre sélectionné pour la compétition officielle du FIBD 2011.

Après des études à l’École nationale supérieure des arts décoratifs en scénographie, Benoit Preteseille conçoit pendant quelques temps des décors de théâtre et de cirque. Plus tard, il crée les éditions Ion, où il débute son exploration de la bande dessinée. En 2004, il fonde avec Wandrille Leroy les éditions Warum, où il publie ses premiers longs albums Dadabuk, L’Écume d’écume des jours en 2005, Sexy Sadie en 2006. Toujours en 2006, Benoît entame une collaboration avec La Cinquième Couche où il publie L’Oiseau de Francis Picabia puis en 2007 L’Histoire belge.
En 2008, Benoît Preteseille a publié Fantomas, le dernier geste, éditions Warum puis en 2010 L’art et le sang, éditions Cornélius, un livre très remarqué qui a fait partie de la sélection officielle du FIBD 2011.

L’art et le sang, éditions Cornélius
Cent ans après la création de Fantômas par Pierre Souvestre et Marcel Allain, premier héros délibérément négatif de la Belle Epoque, Benoit Preteseille nous offre un monstrueux héros sous le nom de Fantamas. Un nihiliste en quête d’un ultime fantasme. Ce prosélyte de la violence et du vice ne souhaite qu’une chose, devenir le plus grand et populaire assassin de tous les temps et de faire de ses crimes, des oeuvres d’art. Ce héros qui se qualifie comme un génie du crime prend en dérision l’Art qu’il veut détruire avec tous ses codes de la société bien pensante.
Mais le pire est à venir, car notre horrible héros a enfanté une fille nommé Fantamette, une créature digne du père qui devrait nous entraîner vers une prometteuse aventure lors d’un nouvel opus.

carte blanche
mercredi 16 février 2011 à partir de 16h,
librairie de la bande dessinée et de l’image
quai de la Charente

acheter le livre L’Art et le Sang
+ d'info site des éditions Warum