la cité a trois ans - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Facebook Twitter YouTube instagram familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
le musée dispose d’une application de visite, prévoyez votre smartphone et vos écouteurs pour en profiter
accueil > la Cité > échos de la Cité > la cité a trois ans

la cité a trois ans

bilan de son développement

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image a trois ans. L’occasion de faire un bilan (quelques chiffres donnent ci-dessous une idée du chemin parcouru et des résultats obtenus). C’est sur ces bases et celle du projet d’établissement pour les trois prochaines années, qu’à l’unanimité de ses membres, après la réélection de son Président Michel Boutant, le Conseil d’administration de la Cité a décidé de reconduire Gilles Ciment pour un nouveau mandat triennal comme directeur général de l’établissement public.
(En médaillon : Michel Boutant et Gilles Ciment devant Le Jocond de Geluck, dans l’exposition Parodies.)

L’établissement public de coopération culturelle créé en septembre 2007 a débuté son activité le 1er janvier 2008, suite à la dissolution de deux structures associatives, le CNBDI et la Maison des auteurs.

quelques chantiers


Au cours de ces trois années, tout en procédant d’abord à la liquidation des deux associations et à la création de l’établissement public dans ses composantes administratives et juridiques (comptabilité publique, procédures des marchés publics, reprise des personnels, etc.), les équipes de la Cité ont accompli d’importants chantiers structurels :
- achèvement et ouverture du musée de la bande dessinée,
- déménagement et ouverture d’une librairie-boutique,
- rénovation et extension du cinéma,
- création d’espaces de réception, constitution d’un centre de congrès, mise en concession du restaurant,
- refonte complète de ses technologies de l’information et de la communication,
- déménagement de la bibliothèque et du centre de documentation.

Parallèlement, s’écrivaient les grandes lignes du projet culturel :
- élaboration de la programmation culturelle (expositions, rencontres, colloques…),
- mise en place d’une politique d’édition et de ressources en ligne,
- création d’un portail internet de grande ampleur,
- élaboration d’une identité visuelle, d’une signalétique et d’une charte graphique,
- mise en place d’une communication renouvelée et de nouveaux vecteurs d’information (site d’information, lettre électronique, programme dépliant mensuel...),
- création de boutiques en ligne,
- constitution d’un réseau national et international de partenariats.

quelques chiffres

Quelques chiffres donnent une idée du chemin parcouru.

De 27 900 visiteurs en 2007, le musée de la bande dessinée est passé à 45 900 entrées en 2010 (+65%), diversifiant sa clientèle (constituée à 49% d’abonnés en 2007, elle est passée à 21% en 2010). Le considérable développement de l’offre d’expositions y est sans conteste pour beaucoup (3 en 2007, 19 en 2010 !). Ses collections de planches originales (hors dépôts) sont passées dans le même temps de 7 875 à 8 077.

Le fonds de la bibliothèque patrimoniale, fort de 42 000 albums et 113 900 périodiques en 2007, a atteint en 2010 un total de 58 000 ouvrages (+38%) et 120 200 périodiques (+6%).

La bibliothèque de lecture publique, dont le nombre de volumes disponibles en salle de lecture est passé de 20 000 à 26 200 (+34%), a connu une très forte hausse de ses abonnés actifs (passant de 1 400 à 1 700, soit +21%), et de ses prêts (de 74 400 à 91 200, soit +23%). Le prêt de malles pédagogiques s’est également développé, passant de 44 à 165 (soit de 6 000 à 15 000 documents prêtés, soit +150%), concernant désormais 30 établissements scolaires du département.

De son côté, la maison des auteurs a diversifié ses résidences, recevant beaucoup plus de dossiers étrangers. Sur 37 auteurs accueillis en 2010 (32 en 2007, +16%), 17 venaient de l’étranger (2 en 2007). La nature des projets développés en résidence est également plus variées : 6 projets de film d’animation en 2010 contre un seul en 2007).

Profitant de ses nouveaux aménagements, le cinéma de la Cité est passé de 32 000 spectateurs en 2007 à plus de 46 000 en 2010 (+44%) (dont près de 15 000 scolaires, contre 10 500 en 2007, soit +43%), son chiffre d’affaires progressant de +71%. Il a diffusé plus de 200 films en 2010, sur 2 132 séances. Tous ces chiffres s’entendant hors festivals (Film francophone, 16000 Toons), avant-premières gratuites et autres opérations.

Pour sa part, la librairie a vu son chiffre d’affaires progresser de +43% entre 2007 et 2010, passant de 33 500 à 48 500 livres vendus (+45%).

Enfin, l’ensemble est parachevé par le lancement en juin 2009 du portail internet de la Cité, qui est en progression constante et rapide, passant de 2 900 par jour en 2009 à 4 500 en 2010 (+55%), le nombre quotidien de pages consultées passant de 18 800 à 41 200 (+118%). Pas moins de 7 950 abonnés reçoivent chaque semaine la lettre d’information électronique.

Sans oublier le pari gagnant d’un nouveau concessionnaire à la brasserie panoramique, la table à dessin, qui a non seulement renouvelé et adapté la formule de restauration, mais a conquis une nouvelle clientèle, fidèle et nombreuse (50 couverts en moyenne par repas, hors activité traiteur), tout en s’intégrant parfaitement aux exigences culturelles de l’établissement.

quelques partenariats

Dans le même temps, la Cité a commencé à développer une politique de partenariats.
La Caisse d’Épargne, soutien historique de la bande dessinée à Angoulême, est devenue en 2010, pour cinq ans, le mécène de la salle de médiation culturelle de la Cité.
La société IGS-CP est un partenaire permanent du site et de la lettre d’information de la Cité, avec le procédé Hozoom permettant d’agrandir des détails des planches grâce à une loupe interactive. La société charentaise accompagne en outre régulièrement la Cité dans ses projets éditoriaux, par exemple pour l’exposition Cent pour Cent et son catalogue, ou pour diverses opérations comme l’Université d’été.
La Saif (société des auteurs des arts visuels et de l’image fixe), la Sofia (société Française des intérêts des auteurs de l’écrit), l’Adagp (société de gestion collective des droits d’auteurs dans les arts visuels) et la Sacd (Beaumarchais) accompagnent la Maison des auteurs et ses résidents.
On peut également citer l’engagement, aux côtés de la Cité, des sociétés Caran d’Ache, Leblon Delienne, Aquitem, Darty, Géant Casino, Ociane, Arctic paper, All seasons, Etap’hôtel, Citroën Angoulême, Letuffe, Papeteries de La Couronne…, d’institutions culturelles telles que Paris bibliothèques, le ministère des Affaires étrangères et européennes, le ministère de la Justice...

Enfin, la Cité s’est tournée vers l’international et a mené des actions avec, notamment, Amadora (Portugal), Bilbao et Cuenca (Espagne), Bucheon (Corée du Sud), Istanbul (Turquie), Erevan (Arménie), Lausanne (Suisse)... et tout récemment le Consulat des Etats-Unis à Bordeaux, qui accompagne la venue d’un auteur américain.

une direction reconduite

C’est sur ces bases qu’après la réélection de son Président, Michel Boutant, le Conseil d’administration de la Cité a décidé, à l’unanimité de ses membres, de reconduire Gilles Ciment pour un nouveau mandat triennal comme directeur général de de l’établissement public de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

+ d'info dans les bilans d’activités 2008 et 2009 de la Cité.