le livre : parodies, la bande dessinée au second degré - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > expositions temporaires > archives des expositions > archives des expositions 2011 > parodies : la bande dessinée au second degré > le livre : parodies, la bande dessinée au second degré

exposition : parodies

le livre : parodies, la bande dessinée au second degré

Pour accompagner la grande exposition sur la bande dessinée parodique présentée au musée de la bande dessinée de janvier à avril 2011, partez à la découverte d’un humour aux procédés complexes et passionnants.
« La veine parodique traverse toute l’histoire de la bande dessinée », constate Thierry Groensteen dans l’introduction de cet ouvrage. S’intéressant à la bande dessinée sous l’angle de la parodie, ce spécialiste du neuvième art analyse ce qu’il appelle « la bande dessinée au second degré », c’est-à-dire les albums parodiant aussi bien des films, des romans que d’autres bandes dessinées.
À travers l’étude détaillée de cas exemplaires, il dresse une histoire du phénomène et montre son importance. De Cham à Robert Sikoryak, en passant par Kurtzman et Gotlib, Thierry Groensteen s’attache à tracer une « cartographie » de la bande dessinée parodique et à en dégager les procédés spécifiques. Sa réflexion, menée à partir des œuvres, conduit l’auteur à mettre en valeur la dimension autoparodique de nombre de bandes dessinées et finalement à se demander si la parodie n’est pas consubstantielle au genre.

acheter le livre de Thierry Groensteen : Parodies, la bande dessinée au second degré. SkiraFlammarion, 240p./32€.

au sommaire
Eléments pour une histoire de la parodie en bande dessinée
Mad : l’institution parodique
Quand les super-héros ne sont pas sérieux
Gotlib en aparté
L’âge de la transgression
Tintin et les pirates
La parodie de genre
De quelques procédés remarquables
Tendances contemporaines
Autoparodies


L’iconographie de cet ouvrage a bénéficié du soutien de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image ainsi que de plusieurs collectionneurs privés.