asterios polyp - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
le pass sanitaire est obligatoire à partir de 12 ans pour l’accès au musée, à la bibliothèque et au cinéma
accueil > nos ressources > sélections de la Cité > archives des sélections de la Cité > archives 2010 des sélections de la cité > asterios polyp

asterios polyp

de David Mazzucchelli (Casterman)

Derrière ce patronyme énigmatique brille un éminent architecte surnommé « l’architecte de papier » pour ses idées avant-gardistes et ses plans audacieux jamais réalisés. Asterios Polyp enseigne son art dans une prestigieuse université New Yorkaise, et aime briller en société. Mais le soir de son cinquantième anniversaire, l’œuvre de sa vie part brutalement en fumée. Il décide alors d’entreprendre un singulier voyage…

Asterios Polyp regarde son appartement brûler, et avec lui un demi siècle d’existence, de création. Il rassemble le peu d’argent qu’il lui reste dans son portefeuille, achète un billet d’autocar et embarque pour l’inconnu, vers un nouveau départ. Ce voyage quasi métempsychique l’amène à rencontrer des personnages de l’Amérique profonde, qui auront tous une incidence plus ou moins marquée sur son renouveau. L’histoire est racontée par Ignazio, son frère jumeau décédé lors de l’accouchement, double imaginaire qui le suit tel un spectre depuis son enfance. L’idée de dualité est un facteur clef dans la construction de cet ouvrage et se trouve renforcée par l’interpolation des séquences de souvenir et de rêve, et des scènes du présent.
Un enchevêtrement très cohérent et admirablement conçu, dans lequel la forme est aussi importante que le fond. Le monde d’Asterios est fait de figures géométriques aux tons froid et celui de son épouse, Hana, de nuances rouges crayonnées Chaque protagoniste possède une typo propre à sa personnalité, et influe ainsi sur la représentation de son environnement. Les références mythologiques et les allusions à la culture populaire sont nombreuses et finement amenées, faisant d’Asterios Polyp une œuvre particulièrement dense et intelligemment construite.
Mazzucchelli a pensé et réfléchi ce livre durant de nombreuses années avant de parvenir à une version définitive et cela se lit au travers de chaque page. Il s’est visiblement affranchi de nombreuses règles du genre pour finalement le sublimer. Le roman graphique parfait ? En attendant la réponse, il a déjà raflé le prix Los Angeles Times Book (inaugurant par la même occasion la catégorie Graphic Novel), un Eisner Award, le Grand prix de la critique 2011 et fait naturellement partie de la sélection officielle du Festival International de la Bande Dessinée 2011. (J-PhL)

acheter le livre de David Mazzucchelli : Asterios Polyp , Casterman, 260p./29.95€.