rose d’elisabethville - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
pour la sécurité sanitaire de tous, nous vous informons que le port du masque est obligatoire dans nos espaces pour les personnes de plus de 11 ans.
accueil > nos ressources > sélections de la Cité > archives des sélections de la Cité > archives 2010 des sélections de la cité > rose d’elisabethville

rose d’elisabethville

de Séraphine et Thilde Barboni (Dupuis)

Rose est infirmière et vit à Bruxelles même si, ayant passé son enfance au Katanga, une partie d’elle est un peu congolaise. Eric, son mari, est journaliste engagé et ses idées anticolonialistes ne plaisent pas à tout le monde en cette année 1960. La situation se complique lorsque Rose est chargée de retrouver un précieux héritage, une collection de diamants ardemment convoités…
L’histoire racontée par Séraphine et Thilde Barboni puise sa dimension à la fois humaine, sociale et politique, de son ancrage dans l’Histoire avec un grand « H ». C’est dans un contexte de profonde tension entre la Belgique et le Congo mutilé par la guerre civile et finalement libéré de l’emprise coloniale en 1960, qu’une jeune infirmière renoue avec ses racines congolaises et se retrouve impliquée dans une affaire d’héritage attirant bien des convoitises. La narration suit les péripéties d’un jeune couple aux idées anticonformistes face à l’avidité d’une époque encore brûlante dans les mémoires. Très bien documentées, l’écriture et la sobriété du dessin mettent l’accent sur les personnages et l’intrigue en évitant de se faire récit historique et moralisateur. Une belle réussite, donc, pour ce « one shot » policier emprunt d’une sensibilité féminine et pluriculturelle. (J-PhL)

acheter le livre de Séraphine et Thilde Barboni : Rose d’Elisabethville. Dupuis, 72p./15,50€