mardi fantastique : frissons al dente (la peur à l’italienne) - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2010 des rendez-vous de la Cité > mardi fantastique : frissons al dente (la peur à l’italienne)

c i n é m a

mardi fantastique :
frissons al dente (la peur à l’italienne)

mardi 27 avril 2010 18h30

A l’heure où de jeunes réalisateurs ibériques, francophones et nordiques viennent rappeler l’attachement du vieux continent à faire trembler les salles obscures, cette nouvelle soirée consacre la plus fertile patrie européenne du film de genre : l’Italie.

Havre aujourd’hui délaissé du cinéma bis, Cinecitta aura offert pendant trois décennies une imposante diversité de pellicules d’ « exploitation » souvent diffusées dans le monde entier, du péplum culturiste au burlesque lascif en passant par le western-spaghetti et l’épouvante macabre. Avant d’attirer Claude Chabrol ou George A. Romero, la « botte » engendre dès les années 60 de nouveaux codes filmiques à la croisée du fantastique, du roman policier et de l’érotisme : le giallo . Maîtres du genre, Mario Bava et Dario Argento inscrivent dans Six femmes pour l’assassin et L’oiseau au plumage de cristal les hantises esthétiques et thématiques d’un cinéma prolifique très sensuel et funèbre, qui marqueront durablement le septième art... à défaut de convaincre ses plus doctes historiens. Ces chocs visuels et sonores auront pourtant inspiré nombre d’objectifs dont ceux de Steven Spielberg, Brian de Palma et Quentin Tarantino... et traumatisé les invités exceptionnels de ce Mardi Fantastique : Hélène Cattet et Bruno Forzani, auteurs du film-événement Amer ressuscitant la sinistre silhouette de l’homme en noir !

Pionnier de ces thrillers horrifiques, Mario Bava pousse en 1971 le giallo dans ses ultimes retranchements jusqu’à la transcendance. La baie sanglante, d’une violence rare à l’époque, impose une mise en scène d’anthologie ouvrant plusieurs lectures à un impitoyable jeu de massacre, aux séquences cultes et personnages canoniques. Encyclopédie du crime et plaidoyer écologique, caméra visionnaire et musique matricielle inventent une formule-clé que formatera Hollywood : le slasher . Une véritable école des cadavres, pierre pourpre dans l’histoire du film d’épouvante.

Férus de cinéma B transalpin, Hélène Cattet et Bruno Forzani livrent en 2010 une déclaration d’amour dépassant le brillant hommage : Amer, expérience narrative et sensorielle accompagnant la descente aux enfers de son héroïne. A travers un subjuguant exercice de style, une trilogie mortelle et charnelle capture dans un même film le spectateur profane ou « giallisant ». Légataire d’obsédants impacts graphiques et musicaux, cette sublimation d’un certain cinéma de genre a fait sensation et débat au festival de Gerardmer (mention spéciale de la critique), après avoir enthousiasmé les autres jurys qui l’ont primé, de Lund à Montreal en passant par Sitges et Malaga.

programme de la soirée

18h30 La baie sanglante (Reazione a catena) de Mario Bava (1971)
20h00 retour sur le film avec Hélène Cattet et Bruno Forzani
20h15 entracte et verre de l’amitié
21h00 Amer d’Hélène Cattet et Bruno Forzani (2009)
22h30 : débat avec Hélène Cattet et Bruno Forzani

tarif de 2,50 euros pour les étudiants des filières de l’image

soirée organisée en partenariat avec l’association Hidden Circle et le Pôle image Magelis

rejoignez les mardis fantastiques sur facebook