l’exposition cent pour cent trouve un nouvel écho - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > actualités de la Cité > l’exposition cent pour cent trouve un nouvel écho

dialogues et monologues

l’exposition cent pour cent trouve un nouvel écho

dans les vingt ans de l’Association

Après le concours Omnopolis du site LaboBD des éditions Eyrolles, c’est au tour de L’Association de s’inspirer du dispositif de l’exposition Cent pour cent et de son catalogue, ce qui nous fait grand plaisir et honneur.
Pour fêter les vingt ans de sa maison d’édition alternative, Jean-Christophe Menu a effet demandé à plus de cent auteurs de choisir une planche représentative de leur lien à l’histoire de L’Association et de réaliser une nouvelle planche en résonance avec l’ancienne. Les paires ainsi obtenues seront exposées lors du festival Sismics de Sierre (Suisse) en juin 2010 et seront reproduites dans un catalogue collectif intitulé XX/MMX.
Une « reprise » perçue comme un coup de chapeau à l’initiative de la Cité, à laquelle le même JC Menu avait apporté sa contribution (il figure au générique de Cent pour cent avec son hommage au Krazy Kat de George Herriman mais aussi avec une planche choisie par Lucas Méthé pour sa propre contribution).
Jean-Christophe Menu présente ainsi le projet dans le bulletin d’information de L’Association : « Au sujet de ses Vingt Ans, L’Association ne pensait pas organiser d’événement particulier : une exposition rétrospective aurait fait redite par rapport à celle des Dix Ans au CNBDI en 2000, et toutes les idées semblaient lourdes et compliquées. Jusqu’à ce qu’une idée simple apparaisse dans le cadre de l’exposition-anniversaire qui aura finalement lieu lors du festival Sismics à Sierre (Suisse) en juin 2010 : chaque auteur lié à L’Association extraira de ses archives une planche représentative de son lien à l’histoire de L’Association. Puis il réalisera pour l’occasion une nouvelle planche citant, déclinant, déformant ou complétant l’ancienne planche. Les deux planches de chaque auteur seront bien sûr exposées par paires, et le Catalogue édité à cette occasion par L’Association reproduira ces paires de planches sur autant de double-pages. Plus de cent auteurs sont conviés à élaborer cette histoire de L’Association qui sera tout aussi intime que collective, proposant un bon reflet de ce que la structure a toujours représenté. Cette manifestation sera ainsi l’occasion de célébrer agréablement l’anniversaire de L’Association sans s’embarquer dans des commémorations ingérables. »
Prolongement original des dialogues de Cent pour cent, cet ensemble de monologues réflexifs promet d’être intéressant, comme devrait l’être également le livre sur L’Association que préparent parallèlement Lewis Trondheim, Killoffer, Stanislas et David B, quatre des sept fondateurs de la maison d’édition associative, qui l’ont quittée depuis quelque temps déjà, et qui souhaitent donner leur point de vue sur l’aventure.

+d’info sur l’exposition Cent pour cent

Jean-Christophe Menu nous demande instamment de publier le droit de réponse ci-après :

droit de réponse
Il est étonnant et amusant de lire, dans le n°89 de la “Lettre de la Cité”, que pour son projet en cours, XX/MMX (exposition à Sierre et catalogue en juin), L’Association se serait “inspirée” du projet “Cent pour cent” de la Cité. Car si l’on se penche un peu sur l’histoire, on pourrait peut-être plutôt se demander si ce n’est pas ce projet particulier de la Cité qui serait clairement redevable de nombreuses initiatives précédentes de L’Association.
Paru en septembre 2006, le n°35 de la revue Lapin comportait 120 pages de “reprises”, où l’on pouvait voir, entre autres, Riad Sattouf reprendre Corben, Baladi reprendre Mœbius, Berberian reprendre Franquin, Matti Hagelberg reprendre Gil Kane, ou Benoît Jacques reprendre Peyo : soit exactement le postulat de “Cent pour cent”. Outre les OuPus de l’OuBaPo, riches en Réinterprétations Graphiques, on pourrait aussi évoquer, par exemple, “Raaan”, ouvrage collectif de L’Association où 20 dessinateurs avaient réinterprété une planche d’un épisode de Rahan... ouvrage paru en 1994.
Quant à moi en tant qu’auteur, en effet présent dans “Cent pour cent” par une Réinterprétation Graphique de Krazy Kat (car comment aurais-je pu trouver que l’application d’une idée Oubapienne à un Musée était une mauvaise idée ?), je n’ai fait qu’y accomplir un exercice similaire à mes réinterprétations de Gaston Lagaffe effectuées pour mon Mémoire de Maîtrise de 1988, également édité par L’Association. Par ailleurs, le projet collectif “XX/MMX” de L’Association propose à ses auteurs d’opérer une citation de l’une de leurs propres planches, concept d’une nature fort différente de l’hommage rendu à un autre dessinateur, et qui (sauf erreur) ne me semble pas (encore) avoir de précédent.
L’accusation étonnante (et aux relents suspects) de subordination du projet XX/MMX de L’Association au projet “Cent pour cent” de la Cité, énoncée dans la Lettre n°89 de la Cité est donc amusante (car si “Cent pour cent” fait des petits, c’est avec ses grand-parents, ce qui ne manque pas de sel), mais aussi quelque peu inquiétante, pour peu que l’on attende d’une institution comme la Cité un minimum de rigueur historique et déontologique.
Jean-Christophe Menu


Dont acte. Comme en écho à l’exposition Cent pour cent, elle-même inspirée par les travaux de l’OuBaPo, gageons que les vingt ans de L’Association (eux aussi inspirés par l’OuBaPo) inspireront eux-mêmes à leur tour la création de demain...
La Cité remercie Jean-Christophe Menu pour son rapide rappel historique - car longue est la liste des exemples antérieurs à Raaan et à L’Association.
La démarche de Cent pour cent avait pour particularité de partir d’un corpus précis (la collection d’un musée) et de faire appel à une centaine d’auteurs du monde entier (par ailleurs, il ne s’agissait pas obligatoirement de "reprises", et certains auteurs ont livré un propos sur la bande dessinée qui a dû plaire à l’artisan de Labo et de L’Eprouvette). L’Association, la même année, propose à une centaine d’auteurs de puiser dans un corpus précis (leurs planches pour L’Association) pour les réinterpréter. La proximité de dates et de configuration (sans parler du titre, XX/MMX, comme en écho contradictoire à Cent pour cent) nous avait fait entrevoir une parenté, une "inspiration" (qui n’a jamais été, à nos yeux, un défaut - et c’est bien le sujet même de l’exposition !), dont la Cité s’est sentie flattée. Nous avons eu le tort d’en faire état, sans aucune arrière-pensée, en voulant faire la publicité du projet de L’Association.
Nous prions Jean-Christophe Menu de bien vouloir nous excuser pour cet empressement à saluer une initiative "cousine". Loin de toute volonté polémique, il sera par ailleurs clair pour tout lecteur des lignes qui précèdent que la Cité n’a porté aucune "accusation" contre L’Association (avec ou sans "relents suspects").