décès de françois corteggiani - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Facebook Twitter YouTube instagram familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > échos de la Cité > décès de françois corteggiani

décès de françois corteggiani

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de François Corteggiani, survenu le 21 septembre, jour, ironie du sort, de son soixante neuvième anniversaire.

Né en 1953 à Nice, il était dessinateur mais surtout scénariste de bande dessinée et laisse derrière lui une œuvre considérable dans une grande variété de registres.
Après un début de carrière dans la publicité et l’illustration, il se lance dans la bande dessinée au milieu des années 1970.

Tout d’abord dessinateur il s’initie au scénario chez Pif Gadget dont il deviendra plus tard un des piliers. De cette époque datent les aventures de Marine, fille de pirate , dessinées par Pierre Tranchand (dit Pica) et publiées dans Pif Gadget puis Le Journal de Mickey. Tranchand sera le complice d’autres séries qui feront les belles heures d’une grande partie des revues des années 1980 : Bastos et Zakousky , Chafouin et Baluchon , L’Ecole Abracadabra – Harry Potter avant l‘heure ! pour Gomme, Circus ou Le Journal de Mickey.

Connu pour son caractère affable et sa passion pour la bande dessinée populaire (sa collection de planches originales était très impressionnante) François Corteggiani fait partie de cette nouvelle génération de scénaristes apparus à l’orée des années 1980, polygraphes, désireux de ne pas se cantonner à un seul genre et partant pour toutes les aventures éditoriales. Outre ses nombreuses contributions à des revues pour les jeunes on le retrouve, dans un registre plus adulte, au sommaire de Vécu où il scénarise De silence et de sang pour Marc Malès – une série sur le crime organisé au XXe siècle- et Le Casque et la fronde pour Walter Fahrer. Après la disparition de Jean-Michel Charlier il reprend avec brio La jeunesse de Blueberry dessinée par Colin Wilson. Inconditionnel du magazine, il est rédacteur en chef de la nouvelle version de Pif Gadget qui parait de 2004 à 2008 et imagine les nouvelles histoires du personnage inventé par Arnal ou pour les tout aussi populaires Placid et Muzo. Installé à Carpentras au tournant des années 2000 il y créé un petit festival, le Bistrot BD, rendez-vous généreux qui voit défiler un très grand nombre d’auteurs amis. Ce passionné de bande dessinée fait presque figure de précurseur dans la promotion de la bande dessinée japonaise découverte lors de sa rencontre au Japon avec Osamu Tezuka, Leiji Matsumoto, Shotaro Ishinomori ou Go Nagaï, l’auteur de MazingerZ, qui deviendra un de ses amis.

L’annonce de sa disparition a provoqué une vive émotion dans le milieu de la bande dessinée et suscité de très nombreux témoignages de sympathie. Nos pensées vont vers sa famille.

2006.24.2 Michel Blanc Dumont, la jeunesse de Blueberry, dernier train pour Washington pl 9

© collection Musée de la bande dessinée

François Corteggiani

© AFP