exposition mahjoub ben bella, la musique des signes - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
nous vous informons que le musée de la bande dessinée, la bibliothèque, le cinéma et la librairie sont ouverts.
accueil > votre visite > au programme > expositions temporaires > exposition mahjoub ben bella, la musique des signes

exposition mahjoub ben bella, la musique des signes

A l’occasion du festival du Film Francophone d’Angoulême, l’Algérie étant le pays à l’honneur pour cette édition 2021, le Fonds Claude et France Lemand et l’Institut du monde arabe se sont associés à la Cité internationale de la BD et de l’Image pour témoigner de la fraternité et de la solidarité qui ont lié les artistes et les intellectuels algériens et français durant les années les plus difficiles de leur histoire commune, et qui se perpétue de nos jours.

A travers l’exposition Mahjoub Ben Bella. La musique des signes, qui se tiendra du 24 aout au 20 octobre 2021 à la Cité, Jack Lang, Claude Lemand et Pierre Lungheretti ont souhaité être parmi les premières institutions de France à rendre hommage à ce grand artiste algérien et français, qui s’est éteint il y a juste un an.

Arrivé d’Algérie en 1965, Mahjoub Ben Bella s’installe définitivement à Tourcoing en 1975. Il fut un peintre virtuose aux multiples facettes. Parallèlement à ses grandes et petites peintures sur toile, sur papier, sur bois ou sur pavés du Nord, il réalisa des céramiques, des objets, des gravures, des performances et des fresques monumentales dans des lieux publics.
Il est notamment célèbre pour avoir peint les pavés du Paris-Roubaix en 1986 et pour son hommage à Nelson Mandela en 1988. Son travail regroupe deux identités très différentes : la lumière de la Méditerranée et le ciel du Nord.
En 2013, il exprimait son amour pour la peinture : « La peinture est le seul élément qui me permet de m’exprimer. Si on me demande de faire de la photo et des arts conceptuels, je n’en ai pas envie. Je reste au stade de la couleur, au rythme de la peinture. Depuis toujours, depuis les Beaux-arts à Oran, ce sont les mêmes rails. Mon travail, ce n’est pas de la décoration. Je ne suis pas coloriste ; je ne suis pas un peintre en noir et blanc… Je sais dominer la couleur ».

Une large sélection de dessins des séries Thaï et Maya est présentée dans cette exposition, grâce au prêt généreux de la famille de l’artiste.

© PLACE-TO
© PLACE-TO
© PLACE-TO
© chiobdeo