la sélection de noël de la cité - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
suite aux annonces gouvernementales nous vous informons que le musée de la bande dessinée et le cinéma de la cité sont fermés jusqu’a nouvel ordre
accueil > nos ressources > sélections de la Cité > archives des sélections de la Cité > archives 2020 de la sélection de la cité > la sélection de noël de la cité

la sélection de noël de la cité

Pour toutes vos idées cadeau de fin d’année !

La réouverture des librairies et la reprise des sorties d’album est une excellente occasion de découvrir la richesse des sorties de fin d’année. Pour que vous puissiez vous y retrouver, notre équipe de libraires et de bibliothécaires vous ont concocté une sélection pour vous y retrouver !

Les vieux fourneaux (Lupano & Cauuet)

Dans Les vieux Fourneaux, le tandem Lupano et Paul Cauuet campe avec truculence trois septuagénaires rebelles, préférant à la maison de retraite leurs souvenirs de luttes syndicales. Quand l’un d’eux, tout juste veuf, apprend que sa femme l’a trompé quarante ans plus tôt avec le patron, il décide de commettre un crime passionnel rétroactif... que vont tenter d’empêcher ses deux compères. Démarre alors un road-movie rocambolesque à l’humour caustique et aux dialogues irrésistibles, qui invoque parfois l’esprit de Frédéric Dard. Une filiation bienvenue qui n’ôte rien aux talents des auteurs. Le trait est juste et la narration ménage une jolie réflexion sur la vieillesse et les frontières sociales. Un coup de cœur ensoleillé et pluriel, entre rire, action et nostalgie.

La Bête, (Frank & Zidrou)

Pour les nostalgiques du mythique animal, une version plus sombre et plus engagée du Marsupilami, l’animal étrange créé par Franquin, dans un scénario haletant ! Véritable coup de coeur de rentrée de la part de nos équipes !

Les carnets de Cerise (Joris Chamblain & Aurélie Neyret

Cerise a presque 12 ans. Quand elle sera grande, elle veut devenir romancière ! En attendant ce jour, avec son esprit vif et curieux, elle observe tout, à la recherche de secrets. D’ailleurs, qui est ce vieux homme peinturé de la tête aux pieds, perdu dans la forêt avec ses pots et quelques pinceaux ?
Planches de bande dessinée mais aussi pages de journal intime agrémentés de dessins et de photos, Les Carnets de Cerise est une série jeunesse qui ravit et ravira encore bien des enfants ! Avec une palette de couleurs automnales pour ce premier tome, différents styles graphiques qui s’harmonisent avec le récit et la jeune Cerise, pétillante et pleine de vie, qui pense à son avenir de romancière, c’est le début d’une histoire captivante.

Esprits et créatures du Japon (Benjamin Lacombe)

Après "Histoires de fantômes du Japon", Benjamin Lacombe (official Page) illustre à merveille "Esprits et créatures du Japon" de Lafcadio Hearn ! Un incontournable de la fin d’année pour les amateurs de Yokai et de mythologie asiatique, dont chaque page est un ravissement pour les yeux !

Perramus ((Alberto Breccia et Juan Sasturain))

Direction l’Amérique Latine et l’Argentine. Avec son contexte politique, sa culture, ses symboles et ses mythes, bref ; avec tout ce qui fait son Histoire, Alberto Breccia et Juan Sasturain ont mis huit ans pour réaliser Perramus, une somme qui avoisine les 500 pages !

Cocteau, l’enfant terrible, (François Rivière et Laureline Mattiussi)

Poète, dessinateur, romancier, réalisateur de cinéma, homme de théâtre et amoureux Cocteau a vécu sa vie en expérimentant chaque fois de nouvelles voies, déroutant les uns, fascinant les autres.
C’est une biographie très réussie de cet homme fantasque, l’enfant terrible des arts français que livrent Laureline Mattiucci et François Rivière.

La vie mystérieuse, insolente et héroïque du dr James Barry (Isabelle Bauthian, Agnès Maupré)

Le docteur James Barry passa quasiment toute sa carrière dans les colonies anglaises en charge des hôpitaux des armées. Idéaliste, humaniste et réformateur, le docteur fut en conflit permanent avec sa hiérarchie mais permis de grandes avancées sanitaires. A sa mort, on découvrit que le médecin, un des chirurgiens les plus brillants de sa génération était en fait une femme ! Agnes Maupré au dessin et Isabelle Bauthian au scenario remettent Elisabeth Buckley, nom de baptême de James Barry sur le devant de la scène. Cette biographie romancée nous fait redécouvrir une héroïne oublié de l’Histoire. Erreur réparée par cet album prenant au style graphique original.

Radium Girls (Cy)

En 1918, Edna entre comme ouvrière dans une usine qui fournit des montres à l’armée américaine. Aux côtés de plusieurs autres ouvrières, elle est chargée de peindre les cadrans avec une peinture au radium luminescente. Afin de lisser les poils de leurs pinceaux, chacune d’elles les porte à la bouche s’empoisonnant à petit feu.
Cet album raconte la lutte de ces femmes sacrifiées sur l’autel du progrès technique, mais aussi une histoire d’amitiés entre ces jeunes femmes qui rêvaient d’insouciance….

Castelmaure (Lewis Trondheim et Alfred)

Un collecteur d’histoire arpente le pays à la recherche de la légende de Castelmaure et du roi Eric.
Le roi Eric et sa femme Isabeau ne parviennent pas à avoir un enfant. Eric va donc voir la sorcière qui peut les aider. Suite à cette nuit-là, toutes les femmes du royaume se retrouvent enceintes mais nombre d’entre elles font des fausses couches ou accouchent d’enfants difformes... c’est la Malédiction de Castelmaure.
Un récit dans la veine épique et légendaire, sorti de l’imagination de Lewis Trondheim et mis en images par Alfred assisté de Lou pour la couleur.
On pouvait s’attendre à une réussite, elle est bien là !

Anaïs Nin : sur la mer des mensonges (Léonie Bischof)

Dans le Paris des années 30, Anaïs Nin est une écrivaine en devenir. Elle enchaine les pages tout en étant une bonne épouse. Mais elle aspire à plus de liberté, à aimer sans contraintes, sans règles et sans limites. Sa rencontre avec Henry Miller va tout changer. Tout le monde connaît les écrits d’Anaïs Nin, écrivaine érotique, adepte du polyamour, célèbre par son journal dans lequel elle évoque ses rêves, ses fantasmes et sa recherche de sa propre personnalité. Loin de ne faire qu’une biographie dessinée, exercice parfois fastidieux, Léonie Bischof s’est attachée à suivre l’éclosion artistique d’Anaïs Nin, son combat pour trouver sa propre voie, sa propre personnalité artistique. Elle s’est inspirée du Journal, mais aussi de la correspondance fournie que Henry Miller et Anaïs Nin échangèrent pendant des années.
Un album réalisé au crayon à mine multicolore qui associé au trait de Léonie Bischof donne une vie incroyable au dessin. Une belle réussite !