dossier : du dessin à l’écran - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
pour la sécurité sanitaire de tous, nous vous informons que le port du masque est obligatoire dans nos espaces pour les personnes de plus de 11 ans.
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > dossier : du dessin à l’écran

la cité de la bd s’invite chez vous

dossier : du dessin à l’écran

les richesses documentaires de la Cité

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image vous propose une programmation culturelle en ligne : « La Cité de la BD s’invite chez vous". Explorez les archives de la Cité à travers des sélections thématiques.

Dès l’instant où le cinéma a commencé à prospérer il n’a pas cessé d’emprunter à la bande dessinée. De son côté cette dernière s’est aussi régulièrement nourrie au Septième art. En écho à l’édition 2020 du Festival du Film Francophone dont la Cité est partenaire découvrez certains aspects de ce long cousinage des deux arts du récit en image.


bande dessinée et cinéma : une histoire partagée
par Thierry Groensteen
Si l’on prend l’œuvre de Rodolphe Töpffer comme point d’origine de l’histoire de la bande dessinée, celle-ci est antérieure de plus d’un demi-siècle à l’invention du cinématographe, puisque le dessinateur genevois était contemporain d’une autre invention, celle du daguerréotype.
Cependant, dès l’instant où l’industrie cinématographique a vu le jour, elle n’a pas cessé d’emprunter à la bande dessinée et de la nourrir en retour. On peut dire que ces deux nouveaux arts du récit en image se sont immédiatement reconnus comme cousins : ce sont, en effet, tous deux, des arts mimétiques, dramatiques.
Lire la suite


de buck rogers à barbarella : la science-fiction de la case à l’écran
par Harry Morgan
Notre intention dans ces pages est d’interroger la notion de fidélité d’une adaptation de bande dessinée à l’écran. Par fidélité, nous n’entendons point ici la résolution de ne pas dévier d’une ligne de l’œuvre originale. C’est pourtant en ce dernier sens qu’on entend souvent la fidélité dans l’adaptation à l’écran d’une œuvre littéraire.
Lire la suite


« from the funnies / to broadway / to you ! »
par Nicolas Labarre
Cette intervention s’intéresse aux circulations entre le cinéma et la bande dessinée d’aventure de presse, aux Etats-Unis. On connaît le biais rétrospectif qui a longtemps conduit à écrire l’histoire de la bande dessinée nord-américaine comme l’histoire du seul genre super-héroïque dans les comic books, avec notamment le système des âges (d’or, d’argent, de bronze, etc.) basé sur une chronologie du succès éditorial des héros costumés (Woo 2008). De façon quelque peu similaire, le succès actuel et considérable des films de super-héros a débouché sur une très abondante production d’ouvrages et d’articles qui ne considèrent l’adaptation audiovisuelle des bandes dessinée américaines que par le prisme de ce genre.
Lire la suite


superman – the movie : l’évangile selon richard
par Gilles Colas
À l’automne 2006, les barons de la Warner Bros penchent leurs fronts plissés sur l’avenir cinématographique du dernier fils de Krypton. Sorti avec fracas durant l’été, le très attendu Superman Returns de Bryan Singer s’avère une déception au box-office, doublée par la tiédeur de la critique soudain sceptique à l’égard du réalisateur des X-Men. Après vingt ans d’absence, le retour de l’homme d’acier sous les traits de Brandon Routh est abondamment comparé dans la presse à une œuvre presque trentenaire, à laquelle il multiplie les clins d’œil formels comme autant d’aveux d’embarras : comment gérer pareil héritage ?
Lire la suite


comics et cinéma : le jeu de l’amour et du hasard ?
par Xavier Fournier
Alors que les studios Warner sont depuis longtemps propriétaires de Batman et Superman, le rachat annoncé en août 2009 de l’éditeur Marvel par Disney semble sceller une fusion qui couvait depuis des lustres. De là à penser qu’aux États-Unis le neuvième art s’est fait manger par le huitième, il y a un pas qu’il serait quand même hâtif de franchir.
Lire la suite


les blockbusters de super-héros : hollywood au secours de l’industrie du comic book
par Vincent Brunner
« Les films de super-héros sont des contes de fée pour adultes », déclarait au Washington Post en 2011, Stan Lee, tête pensante de Marvel pendant des décennies, créateur entre 1961 et 1969 d’une quinzaine de personnages de super-héros. Sept ans plus tard après sa déclaration, ces « contes de fée » n’ont pas perdu de leur charme auprès d’un large public. Certains cinéphiles et cinéastes regrettent cependant la dictature qu’ils sont en train d’exercer.
Lire la suite


bd et cinéma d’animation : des rencontres mouvementées
par Pascal Vimenet
Je parlerai ici en tant que spécialiste du cinéma d’animation, sans être pour autant un spécialiste de la bande dessinée. Et, à l’inverse de tous ceux qui m’ont précédé, je parlerai du point de vue de cette spécialisation sur le cinéma d’animation, en me limitant à faire quelques focus sur des moments de l’histoire où les deux médias se sont frottés l’un à l’autre.
Lire la suite


les rencontres nationales de la bande dessinée 2018
En 2018, la Cité avait placé les rencontres nationales de la bande dessinées sous le thème Bande dessinée et cinéma.